L’incontinence chez les femmes

Même si l’incontinence est encore un sujet tabou dans notre société, il s‘agit tout simplement d‘une pathologie touchant un large public: près de 4 millions d’hommes et femmes en France de tous âges sont concernés. Cependant les femmes sont les plus concernées par les problèmes d’incontinence. L’OMS estime que 2 femmes sur 3 auraient des problèmes de fuites urinaires ou d’incontinence.

 

Photo par Priscilla Du Preez de Unsplash

Pourquoi les femmes sont-elles plus souvent concernées?

Bien que les fuites urinaires ne soient pas un problème spécifique au sexe, ce sont surtout les femmes qui en souffrent. Cela est dû à l’anatomie et physiologie spécifiquement féminines. La grossesse, l’accouchement, la ménopause – tous ces événements peuvent déclencher un affaiblissement du mécanisme de fermeture de la vessie. En raison de l’urètre relativement court, les femmes sont aussi plus sensibles aux infections et inflammations de la vessie, ce qui augmente de plus le risque des fuites urinaires. Cette prédisposition peut survenir à tout âge et augmenter aussi avec l’âge.

Une étude norvégienne a établi la prédisposition à l’incontinence urinaire chez les femmes par classe d’âge:

  • 12% des femmes de 20 à 29 ans souffrent d’incontinence
  • 25 % des femmes de 60 à 69 ans souffrent d’incontinence
  • 32% des femmes de plus de 80 ans souffrent d’incontinence

En outre, les formes d’incontinence diffèrent de manière significative entre les deux sexes. Chez la femme, on distingue trois types d’incontinence qui different dans leurs symptomes et dans leurs traitements:

  • L’incontinence urinaire d’effort dans 50% des cas
  • L’incontinence urinaire par urgenturie (impériosité) dans 20% des cas
  • L’incontinence urinaire mixte dans 30% des cas

Donc, on peut constater que l’incontinence urinaire d’effort prédomine chez les femmes jeunes (moins de 50 ans), alors que l’incontinence urinaire par urgenturie et l’incontinence mixte prédominent chez les femmes plus âgées (plus de 50 ans).

L’incontinence urinaire d’effort

Chez les femmes touchées par l’incontinence, il s’agit dans la plupart des cas d’une incontinence urinaire d’effort. Celle-ci est caractérisée par une fuite involontaire d’urine lors de petits efforts sans aucun besoin d’uriner, donc l’incapacité de retenir l’urine lorsque le plancher pelvien est sollicité. Il peut s’agir de situations quotidiennes telles que tousser, éternuer, soulever une charge ou toute autre activité physique.
L’incontinence urinaire d’effort est liée à un dysfonctionnement du système ligamento-musculaire qui assure la fermeture du canal de l’urètre. Ceci est dû à deux mécanismes:

  • La perte du support anatomique: Ce support est constitué de la paroi vaginale antérieure, des muscles du périnée, du col vésical (la base de la vessie) et de la portion initiale de l’urètre (canal par lequel s’écoulent les urines) et assure l’appui pour la base de l’urètre et de la vessie lors d’un effort. Lorsque ce support anatomique se fragilise, une chute du col vésical (cervico-cystoptose) a lieu et entraîne l’incontinence urinaire d’effort ou l‘hypermobilité urétrale.
  • L’insuffisance sphinctérienne: Le sphincter du col vésical permet l’ouverture et la fermeture de ce-dernier lors des mictions et peut donc être comparé à un “robinet”. Quand le sphincter de la vessie ne fonctionne plus bien, il ne peut assurer une contraction suffisante de fermeture et stopper l’écoulement d’urine.

La perte du support anatomique ou l’insuffisance sphinctérienne n’apparaissent pas sans raison chez les femmes. Les causes de l’incontinence urinaire d’effort peuvent être:

  • plusieurs grossesses ou accouchements
  • cystites fréquentes
  • maladies cancéreuses
  • faiblesse du plancher pelvien
  • opérations
  • la descente d’organes, par exemple l’affaissement de la vessie ou de l’utérus
  • ménopause (changement hormonal)
  • surpoids
  • manque d’exercice
  • travail de force

L’incontinence urinaire par urgenturie (anciennement appelée incontinence urinaire par impériosité)

Avec l’âge, l’incontinence urinaire par urgenturie ou hyperactivité vésicale, devient la forme prédominante d’incontinence chez les femmes. Les femmes concernées ressentent de façon soudaine et répétée une forte envie d’uriner et perdent involontairement de l’urine.

Les causes pour l’incontinence urinaire par urgenturie

Cette envie d’uriner peut être déclenchée par différents facteurs, tels que le stress, les pieds froids ou le bruit de l’eau qui coule. Les raisons les plus courantes sont un muscle vésical hyperactif, des maladies nerveuses telles que la sclérose en plaques et la maladie de Parkinson, des lésions de la moelle épinière ou un accident vasculaire cérébral. Certaines maladies de la vessie, par exemple les calculs vésicaux ou les infections de la vessie et rarement les cancers de la vessie, peuvent également mener à une incontinence urinaire par urgenturie, tels que les changements hormonaux, par exemple une carence en œstrogènes chez les femmes ménopausées. Dans la plupart des cas cependant, on ne trouve aucune cause physique tangible de l’incontinence par impériosité.

Mécanisme de l’incontinence urinaire par urgenturie

Normalement, le sphincter urétral ferme la vessie et empêche les fuites urinaires. Lors d’une incontinence par urgenturie, le sphincter est soumis à une trop forte pression due à des contractions anormales de la vessie pendant le remplissage. Ces contractions surviennent aussi quand la vessie est peu remplie. Le verrou du sphincter urétral est donc forcé et l’urine peut sortir par l’urètre sans que la personne s’en aperçoive.
Une réaction nerveuse est la cause de cette contraction de la vessie. Normalement, notre capacité à déclencher ou à interrompre consciemment la vidange de la vessie est contrôlée par notre système nerveux central dans le cerveau et la moelle épinière. À cette fin, les cellules nerveuses responsables dans le cerveau et la moelle épinière envoient certaines impulsions aux muscles de la vessie en fonction du niveau de remplissage transmis de la vessie. Dans l’incontinence par impériosité, il y a un déséquilibre entre les impulsions nerveuses inhibitrices et stimulantes du muscle vésical.

L’incontinence urinaire mixte

L’incontinence urinaire mixte est une forme d’incontinence urinaire d’effort combinée avec une incontinence urinaire par impériosité. Ce phénomène se développe généralement avec l’âge et touche principalement les femmes à partir de 50 ans. Les symptômes de l’incontinence par impériosité et de l’incontinence d’effort sont tous deux présents et peuvent varier en gravité. Dans près de la moitié des cas, cependant, les symptômes de l’incontinence d’effort dominent, comme les fuites d’urine, en riant ou en sautant.

Comparaison des formes d‘incontinence urinaire

Incontinence urinaire par effort Incontinence urinaire par urgenturie Incontinence urinaire mixte
Signes
  • fuite d’urine lorsque le plancher pelvien est sollicité (toux, éternuements, etc.)
  • se produit très fréquemment
  • a tendance à se produire chez les femmes
  • besoin soudain d’uriner
  • perte abondante d’urine
  • fuite d’urine lorsque le plancher pelvien est sollicité
  • combinée avec une envie soudaine d’uriner
Causes
  • grossesses
  • plusieurs accouchements
  • opérations gynécologiques
  • des causes physiques souvent inconnues
  • maladies neurologiques
  • muscle de la vessie hyperactif
  • affaiblissement du plancher pelvien
  • muscle de la vessie hyperactif
  • processus de vieillissement normal
Thérapie
  • entraînement du plancher pelvien
  • médicaments
  • si nécessaire, des opérations
  • entraînement du plancher pelvien
  • entraînement de la vessie
  • médicaments
  • si nécessaire, des opérations
  • entraînement du plancher pelvien
  • entraînement de la vessie
  • médicaments
  • si nécessaire, des opérations

D’autres formes d‘incontinence

L’incontinence neurogène

Outre les formes courantes d’incontinence, il existe d’autres formes d’incontinence comme la vessie neurologique. Celle-ci se caractérise par des mictions fréquentes ou peu fréquentes, ou de l‘incontinence. Ces symptômes apparaissent chez un patient avec un trouble neurologique: Les maladies nerveuses comme la maladie de Parkinson ou les tumeurs cérébrales ainsi que les lésions de la moelle épinière causées, par exemple, par des accidents de voiture ou des hernies discales peuvent entraîner une incontinence due à une suractivité neurogène. Ces troubles urinaires résultent donc de l’atteinte du système nerveux central et/ou périphérique qui entraîne un dysfonctionnement ou une mauvaise communication entre le cerveau, la moelle épinière, la vessie et les sphincters. Le traitement dépend ici de la cause.

Rétention urinaire chronique

L’incontinence urinaire peut également être un signe de rétention urinaire chronique (ischémie). En raison d’une obstruction des voies urinaires, la vessie se remplit de plus en plus, mais l’urine ne peut pas s’écouler correctement. Les causes possibles de la rétention urinaire chronique sont les suivantes: calculs vésicaux, affaiblissement des muscles de la vessie. Si l’urine reflue vers les reins, elle peut entraîner de graves lésions rénales. Pendant le traitement, l’obstruction est supprimée. Si la thérapie est efficace, l’incontinence disparaît également.

Incontinence extra-urétrale

Contrairement aux autres formes d’incontinence, dans le cas de l‘incontinence extra-urétrale, la vessie reste généralement encore pleinement fonctionnelle. La cause est une malformation d’un organe interne, des fistules peuvent se former sur l’uretère, la vessie ou l’urètre. Ces fistules relient généralement les organes de drainage susmentionnés à la peau abdominale, à l’utérus, au vagin ou à l’intestin et évacuent l’urine par ces orifices corporels. Les fuites d’urine sont aiguës et permanentes. L’incontinence extra-urétrale nécessite toujours une intervention chirurgicale et présente essentiellement un potentiel de guérison élevé.

L’incontinence fécale

L’incontinence fécale ou intestinale est moins fréquente que l’incontinence urinaire. Mais là encore, le nombre de personnes touchées se compte en millions. Contrairement à l’incontinence urinaire, l’incontinence fécale désigne le manque de rétention des selles et de gaz, entraînant une vidange involontaire du rectum. L’incontinence fécale peut survenir à tout âge, mais son incidence augmente avec l’âge et se produit généralement en combinaison avec l’incontinence urinaire. Ici aussi, la cause la plus fréquente de l’incontinence est la faiblesse musculaire.

L’incontinence fécale est divisée en trois degrés de gravité différents:

1er degré: décharge incontrôlée de mucus intestinal et de gaz
2e degré: évacuation incontrôlée des selles liquides et évacuation involontaire des gaz
3e degré: perte de contrôle de l’intestin, évacuation incontrôlée des selles solides, liquides et des gaz

Les trois causes de l’incontinence fécale

Les troubles musculaires

L’endommagement du muscle sphinctérien, en raison d’une déchirure du périnée, d’une diminution de l’élasticité au cours du processus de vieillissement, d’une faiblesse du plancher pelvien ou d’une constipation permanente, peut entraîner un affaiblissement des muscles impliqués dans le stockage et l’excrétion des selles.

Les troubles neurologiques

Un traitement défectueux dans le cerveau ou une transmission inadéquate des impulsions nerveuses de l’intestin concernant le niveau de remplissage actuel peuvent être des raisons d’incontinence. Parmi les nombreuses causes, on peut citer le diabète, un accident vasculaire cérébral, la maladie d’Alzheimer, la sclérose en plaques ou la paraplégie, les tumeurs cérébrales.

Troubles sensoriels

En raison des hémorroïdes, de la chirurgie intestinale, de la diarrhée ou de la colite, il peut y avoir des perturbations de la perception sensorielle de la muqueuse du canal anal.

Aide pour l’incontinence féminine

Êtes-vous affectée par des fuites urinaires, sous forme légère ou sévère? Les fuites involontaires d’urine peuvent avoir des raisons diverses, il est donc important de faire clarifier les causes par un médecin. Cet article ne remplace pas le diagnostic de votre médecin. Si vous souffrez d’incontinence, consultez tout d’abord votre médecin traitant ou un médecin spécialiste urologue ou gynécologue afin de profiter des meilleures chances de traitement possibles!

En plus de l’entraînement régulier du plancher pelvien, le port d’une protection contre l’incontinence vous aidera à poursuivre votre routine quotidienne. Lorsqu’il s’agit de choisir les bons produits pour l’incontinence, nos experts sauront vous conseiller!

Entraînement du plancher pelvien – le meilleur remède contre l’incontinence

La cause de l’incontinence urinaire est, dans de nombreux cas, un affaiblissement des muscles du plancher pelvien. Afin de soulager les symptômes liés à l’incontinence, une rééducation ciblée du périnée appelé aussi plancher pelvien est très importante. L’entraînement comprend à la fois des exercices de tension et de relaxation. Lors des séances d’entraînement, les muscles du plancher pelvien sont renforcés et stabilisés en permanence grâce à une gymnastique ciblée. Les exercices doivent être effectués quotidiennement afin de traiter efficacement les fuites urinaires involontaires.

Les médicaments

Les médicaments peuvent réduire la fréquence et le volume des fuites urinaires de jour comme de nuit. Dans le meilleur des cas, l’incontinence disparaît. Les médicaments agissent contre l’incontinence urinaire par urgenturie et contre l’incontinence mixte, il n’y a pas encore de médicaments dans le cas de l’incontinence d’effort.

La chirurgie

La chirurgie est une intervention lourde et n’intervient que lorsque le trouble est très sévère, ou que les autres types de médications n’ont pas fonctionné. Il existe plusieurs types d’interventions chirurgicales, qui sont toutes en lien avec un problème spécifique.
Selon les types d’incontinence, ainsi que ses causes, vous pouvez éventuellement bénéficier d’une prise en charge médicale (médicaments, rééducation, chirurgie).

Protections pour toutes les formes d’incontinence

Qu’il s’agisse d’incontinence urinaire ou fécale, la première étape du traitement est l’utilisation d’aides adaptées. Pour une incontinence légère à moyenne, il est recommandé de porter des protections pour incontinence. Si l’incontinence urinaire est de moyenne à lourde, les personnes concernées devront utiliser des couches-culottes. En cas d’incontinence urinaire abondante ou fécale, les couches pour adultes (changes complets) et les grands changes anatomiques sont le meilleur choix.

Protections particulièrement pour femmes

La femme ayant une physiologie différente de celle de l‘homme, son urine se répand autrement dans les coussins absorbants. Il est donc fortement recommandé d’utiliser des protections particulièrement conçues pour les femmes. Elles sont étroites au milieu et le noyau absorbant s‘étend jusqu’à l’arrière. Les protections pour l’incontinence chez la femme sont nombreuses. Lesquelles sont fiables? Lesquelles sont discrètes? Voici un aperçu des marques de protections pour incontinence, les meilleures et les plus populaires sur le marché international.

Hartmann – une qualité fiable

Les infirmières et les professionnels de la santé recommandent les protections pour incontinence de Hartmann. La qualité et la fiabilité sont excellentes. Pour les femmes ayant des fuites urinaires moyennes nous conseillons Molicare Premium Lady Pad 3 gouttes et Molicare Premium Lady Pad 4 gouttes. Dans le cas d‘ incontinence légère, les produits Molicare Premium Lady Pad 2 gouttes et Molicare Premium Lady Pad 1,5 gouttes sont plus adaptés. Pour ces produits Hartmann utilise des matériaux de haute qualité et antiallergiques. Les protections sont thermoactives et absorbent les liquides très rapidement.

Seni – très bon rapport qualité-prix

Si vous recherchez des protections bon marché et de bonne qualité, Seni est le bon choix. Pour l’incontinence moyenne sont appropriées Seni Lady Plus et Seni Lady Super. Dans le cas de fuites urinaires légères, nous conseillons Seni Lady Slim Mini Plus ou Seni Lady Slim Normal. La surface est douce à la peau. Les liquides se répartissent parfaitement à l’intérieur du noyau d’absorption. Les protections Seni Lady sont disponibles en sept capacités d’absorption. Chaque femme trouvera la protection pour l’incontinence qui lui convient.

Tena – très connue et appréciée

Tena est très connue grâce à la publicité. Les Tena Lady sont très populaires auprès des femmes, car elles sont très fiables et discrètes. Chez Tena, on développe et modernise constamment. Par conséquent, les produits sont toujours à la pointe de la technologie. Les protections Tena Lady sont disponibles en sept degrés d’absorption. Les femmes souffrant de fuites urinaires moyennes prennent Tena Lady Super et Tena Lady Maxi. Si vous souffrez d’incontinence légère, nous vous recommandons Tena Lady Normal. Tena Lady Discreet Maxi Night a été conçue pour la nuit. Sa forme spéciale vous assure un confort optimal en position couchée et une sécurité totale.

L’incontinence chez les femmes par rapport aux hommes

Alors que les femmes doivent s’attendre à souffrir d’incontinence plus tôt que les hommes, ces derniers ne présentent généralement les symptômes de l’incontinence qu’après l’âge de 50 ans. Chez les jeunes femmes, les fuites urinaires peuvent survenir temporairement en raison de l‘accouchement et se résorber d’elles-mêmes après un certain temps. Dès que les femmes et les hommes atteignent l’âge de 60 ans, le risque d’incontinence s’équilibre. Soit dit en passant, les femmes et les hommes résidant en maison de retraite ont jusqu’à 80 % de chances d’être incontinents.

Cet article ne remplace pas le diagnostic de votre médecin. Si vous souffrez d’incontinence, consultez votre médecin traitant ou un médecin spécialiste urologue ou gynécologue.