Descente de la vessie

La descente de la vessie est l’une des causes les plus fréquentes d’incontinence urinaire. Bien qu’elle soit presque exclusivement féminine. Cet article vous informe sur les symptômes, les causes et les formes de traitement.

Définition de la descente de la vessie

L’abaissement de la vessie se produit chez les femmes surtout après l’accouchement ou à la ménopause. Comme son nom l’indique, l’abaissement de la vessie se traduit par un déplacement de la vessie vers le bas, en direction du plancher pelvien. La vessie est normalement maintenue à sa place dans le bassin par différents muscles et ligaments. En principe, la musculature pelvienne n’est pas aussi stable chez les femmes que chez les hommes. En effet, la musculature doit posséder une certaine extensibilité pour que, par exemple, le canal de naissance puisse s’élargir lors d’un accouchement. Or, les muscles du plancher pelvien peuvent être endommagés par une forte pression exercée pendant l’accouchement ou perdre de leur tonicité avec l’âge. Les femmes âgées qui ont déjà accouché font donc partie du groupe le plus à risque.

Symptômes d’un abaissement de la vessie

Les symptômes d’une descente de la vessie varient d’une femme à l’autre. On observe souvent un besoin pressant d’uriner et une incontinence. De plus, les personnes concernées ressentent une pression dans la partie inférieure du bassin, ce qui leur donne l’impression dérangeante que quelque chose pourrait tomber du vagin. Enfin, la pression croissante dans le bassin provoque de fortes douleurs. Des pertes vaginales sanguinolentes, ainsi que des infections de la vessie, de l’utérus ou du vagin peuvent également signaler une descente de la vessie. Parlez toujours à votre médecin dès les premiers signes ou changements, car une descente de la vessie peut aussi souvent être associée à une faiblesse de l’utérus (prolapsus utérin).

Causes d’un abaissement de la vessie

À la ménopause, les changements hormonaux entraînent un affaiblissement des muscles et des tissus conjonctifs. Si la production d’œstrogènes, l’hormone féminine de la ménopause, diminue, les muscles et les ligaments perdent leur tonicité et les organes internes s’affaissent. En conséquence, la vessie ne peut plus être maintenue à sa place habituelle dans l’abdomen. Si la femme a accouché dans le passé, cela peut également avoir mis le corps à rude épreuve et entraîner un abaissement de la vessie. L’obésité a également un effet négatif sur la stabilité du plancher pelvien et favorise ainsi l’abaissement de la vessie.

Aperçu des causes d’un abaissement de la vessie

  • changement hormonal à la ménopause
  • diminution de la production d’œstrogènes
  • accouchements et grossesses
  • faiblesse générale du tissu conjonctif
  • surpoids

Evolution d’une descente de la vessie

Plus la musculature du plancher pelvien est faible, plus l’affaissement de la vessie peut être prononcé. Les personnes concernées peuvent passer par différentes étapes successives. Outre la vessie, il est très probable que l’utérus s’abaisse également. L’utérus et le vagin peuvent ainsi ressortir de manière visible.

  1. degré : les organes ne s’abaissent que légèrement, mais de manière visible (jusqu’à 1 cm de l’ouverture vaginale).
  2. degré : les organes descendent jusqu’à l’ouverture vaginale.
  3. degré : l’utérus et le vagin sortent légèrement (jusqu’à 1 cm de l’ouverture vaginale).
  4. degré : l’utérus et le vagin sortent en grande partie (prolapsus total).

La plupart des femmes n’atteignent que les deux premiers degrés en cas de descente de la vessie et de l’utérus. Après une grossesse justement, le prolapsus peut se résorber, car la musculature n’a été que temporairement blessée ou affaiblie. L’incontinence urinaire est ici la conséquence la plus fréquente.

Les troisième et quatrième stades ne sont généralement atteints que par un affaiblissement plus important de la musculature du plancher pelvien. Contrairement aux deux premiers niveaux, les personnes concernées ont dans ce cas souvent du mal à vider leur vessie, car le poids des organes affaissés peut facilement comprimer l’urètre.

Traitement de la descente de la vessie

Les formes légères de descente de la vessie peuvent être atténuées par la gymnastique du plancher pelvien. L’utilisation de courants de stimulation peut également activer et renforcer la musculature du plancher pelvien. En outre, les préparations à base d’œstrogènes permettent de rétablir l’équilibre hormonal et d’atténuer ainsi les troubles. Il est également possible de mettre en place un pessaire. Celui-ci doit soutenir la vessie et empêcher qu’elle ne s’affaisse davantage.

  • Entraînement du plancher pelvien pour la prévention des fuites urinaires

L’entraînement des muscles du plancher pelvien compte toujours parmi les moyens les plus efficaces pour lutter contre les fuites urinaires et l’incontinence. De plus, les exercices sont faciles à réaliser chez soi. L’exercice le plus courant et le plus efficace est le suivant : allongez-vous sur le dos et placez vos jambes au niveau des hanches. Maintenant, soulevez votre bassin jusqu’à ce que votre torse forme une ligne avec vos cuisses. Maintenez cette position pendant 3 respirations et reposez ensuite lentement le bassin. Répétez cet exercice 3 fois.
Beckenbodentraining
Vous trouverez d’autres exercices d’entraînement des muscles du plancher pelvien ici.

  • Intervention chirurgicale en cas d’un affaissement de la vessie avancé

En cas d’opération, un filet de soutien du plancher pelvien est alors mis en place pour fixer la vessie au bon endroit. Sans traitement approprié, la vessie peut s’affaisser complètement et serrer l’uretère – ce qui peut mettre la vie en danger. Dans tous les cas, votre médecin traitant vous informera suffisamment et vous proposera des méthodes chirurgicales appropriées.

Pertes urinaires résiduelles

Bien que les fuites urinaires soient la conséquence la plus fréquente d’un affaissement de la vessie, un médecin devrait aussi envisager d’autres maladies en cas de fuites urinaires existantes. Dans tous les cas, les protections contre l’incontinence aident à gérer le quotidien. C’est pourquoi il est recommandé d’utiliser des protections fiables des marques telles que Hartmann, Tena et Seni.

Degrés de gravité de l’incontinence

Pour pouvoir classer correctement une incontinence existante, il est nécessaire d’évaluer son degré de gravité. La quantité de liquide en ml des pertes d’urine joue ici un rôle décisif. La faiblesse de la vessie est classée comme suit :

Incontinence légère

Pertes d’urine : 50 – 100 ml
correspond à : un demi-verre

Incontinence moyenne

Pertes d’urine : 100 – 200 ml
correspond à : un verre plein

Incontinence forte

Pertes d’urine : 200 – 300 ml
correspond à : 1 verre et demi

Incontinence très forte

Pertes d’urine : über 300 ml
correspond à : plus d’un verre et demi

Choisir les produits pour incontinence en fonction du degré de gravité

Choisir le produit pour incontinence adéquat aide énormément à préserver la qualité de vie. Lors du choix des articles pour l’incontinence, la règle est la suivante : aussi peu que possible, autant que nécessaire. Cela signifie qu’en cas d’incontinence légère, les personnes concernées choisissent des protections pour incontinence, de préférence de forme anatomique pour les hommes et les femmes. Ensuite, il est recommandé d’utiliser des couches-culottes pour une moyenne à forte incontinence. Dans ce cas, il convient de veiller à la bonne taille de la couche-culotte. En cas d’incontinence forte voire sévère, les personnes concernées ont recours aux couches pour incontinence et aux changes complets.

Risques liés à la descente de la vessie ?

Une charge permanente et le fait de soulever régulièrement des objets lourds favorisent l’affaissement de la vessie – c’est particulièrement vrai pour les femmes enceintes et juste après l’accouchement. Mais une charge lourde peut aussi être son propre surpoids – il faut donc changer d’alimentation et se débarrasser du lest ! Enfin, le risque qu’une femme souffre d’un affaissement de la vessie peut également augmenter avec le nombre d’accouchements.

Aperçu des facteurs de risques

  • Soulever régulièrement des charges lourdes
  • Excès de poids
  • Plusieurs accouchements

Un exemple d’expérience typique de descente de la vessie

Partons du cas de Mme Ludwig. A 51 ans, elle est ménopausée depuis un certain temps. Elle a donné naissance à trois enfants et son passe-temps favori est la cuisine. Ses kilos en trop ne l’ont jamais gênée et elle le vit bien. Cependant, depuis quelque temps, elle ressent de plus en plus souvent une sensation étrange dans le bas-ventre. Une sensation de pression dans le bas-ventre se fait désormais sentir plus nettement chaque jour. C’est surtout lorsque Mme Ludwig se déplace qu’elle ressent des tiraillements et des douleurs dans le ventre. Madame Ludwig vit encore un certain temps avec ses troubles, jusqu’au jour où une forte envie d’uriner se fait sentir. Elle connaît ce phénomène depuis ses cystites, qui surviennent de temps en temps, mais cette fois-ci, elle n’a pas de brûlures en urinant. Elle se rend alors chez sa gynécologue pour prendre son antibiotique habituel. Lors de l’examen de routine et en rapport avec sa description des troubles, la doctoresse . Elle fait une échographie et constate chez Mme Ludwig une descente de la vessie. Celle-ci n’est pas encore avancée et on conseille à Mme Ludwig de faire des exercices quotidiens pour la musculature du plancher pelvien. Mais un club de sport n’est pas vraiment sa tasse de thé. En faisant des recherches sur Internet, elle tombe sur des exercices à faire chez soi. Faisant preuve de discipline, Mme Ludwig parvient à soulager nettement ses douleurs au bout de quelques semaines. Ce qui retarde ainsi la nécessité d’une intervention chirurgicale.

Conclusion

L’affaissement de la vessie au niveau du plancher pelvien est un phénomène fréquent après la ménopause. Dans la plupart des cas, cette affection est liée à une incontinence concomitante. Les protections pour incontinence peuvent être un outil fiable après l’apparition d’une incontinence suite à une descente de la vessie. En outre, la rééducation du plancher pelvien peut être utilisée comme une forme de thérapie simple et une mesure de prévention pour soulager les symptômes légers d’une descente de la vessie. Les exercices pratiqués régulièrement sur une longue période réduisent efficacement et durablement les symptômes de l’incontinence.

Auteur: Fleur Rinkenburger

Fleur Rinkenburger recherche et rédige des textes sur la santé, les thèmes médicaux et les produits. Elle met à profit sa capacité à rendre compréhensibles des sujets complexes et à faire entendre les questions des personnes concernées et de leurs proches dans le guide INSENIO.