Le toucher rectal – A quoi vous attendre chez l‘urologue.

Beaucoup d‘hommes hésitent à consulter un urologue et risquent de contracter des maladies non détectées bénignes ou graves. Lisez notre article sur le déroulement de l‘examen de la prostate chez l‘urologue, examen anodin et qui peut vous sauver la vie.

L’entretien avant l’examen de la prostate

La plupart des urologues sont conscients de la timidité de leurs patients et essaient donc de leur ôter la peur de l’examen préventif. C’est pourquoi de nombreux spécialistes décident d‘avoir une conversation approfondie avec le patient avant un examen de la prostate. Par conséquent, la consultation commence généralement dans la salle d’attente du médecin.

Le questionnaire

Un questionnaire général est souvent la première étape avant d’entrer dans le cabinet du médecin. Ce questionnaire doit être rempli consciencieusement avant l’examen et recueille de nombreuses données qui sont d’une importance décisive, notamment pour renseigner sur les symptômes éventuels d’une maladie de la prostate. Les réponses du patient peuvent être clarifiées lors d’un entretien personnel avec le médecin afin d’atténuer la peur de l’examen. L’accent est mis sur l’état de santé général actuel du patient.

Miction et éjaculation

Le médecin vous interrogera avec précision sur votre état lors de la miction et de l’éjaculation. L’urologue accorde une importance particulière à la quantité d’urine produite lors de la miction et à la consistance de l’éjaculat, car ces deux fluides fournissent des informations sur de nombreuses maladies de la prostate. Le médecin vous interrogera aussi sur d’éventuelles maladies antérieures et sur vos antécédents familiaux. Des infections fréquentes de la vessie ou l’apparition de calculs rénaux peuvent causer l’apparition de maladies de la prostate. En outre, les facteurs génétiques favorisent de nombreuses maladies, de sorte que les cas de maladie chez les proches fournissent également des informations sur les risques encourus par le patient.

La libido

La pulsion sexuelle (libido) peut également jouer un rôle déterminant: le médecin traitant questionnera le patient sur la fréquence des éjaculations dans un certain laps de temps et sur le désir général de rapports sexuels. Toutefois, ces données ne pourront être évaluées que si une tendance claire est identifiée. C’est pourquoi l’urologue l’urologue posera également des questions sur le désir et le comportement sexuels dans les jeunes années.

L’examen de la prostate

L’examen de la prostate et du rectum avec le doigt est appelé toucher rectal (TR). Avec ce procédé, le médecin examine plusieurs éléments : taille, forme, consistance, durcissements, mouvements de liquides (fluctuations), douleurs à la pression, etc. Pour un TR complet, le médecin doit également vérifier la présence ou non de saignements, de nodules, d’hémorroïdes ou de lésions de la muqueuse dans le rectum et le canal anal.

1. Le toucher rectal

Après l’entretien personnel, le médecin commence le premier des trois examens préventifs: le toucher rectal. Mais avant celui-ci le médecin procède également à une palpation minutieuse des testicules, du pénis et de l’abdomen pour s’assurer que tous les organes internes sont en bonne santé. Le médecin repousse le prépuce du pénis et examine toute la zone intime à la recherche d’un durcissement, masse ou lésion. L‘ érection du pénis est tout à fait normale pendant ce processus !

Ensuite, le patient s’allonge sur le côté et adopte une position embryonnaire. De cette façon, le médecin atteint facilement la prostate. Un gant en caoutchouc entourant le doigt ou la main entière est généralement utilisé pour l’examen de la prostate. Le doigt à insérer est enduit de lubrifiant afin que la procédure soit aussi indolore que possible pour le patient. Cependant, il est important que le patient se détende, car la tension peut entraîner des douleurs. Au cours de l’examen, le médecin mesure la taille de la prostate et vérifie si elle a durci. Ne vous alarmez pas, car l’application d’une pression sur la prostate peut provoquer un orgasme spontané avec éjaculation. Au total, cet examen ne dure généralement que trente secondes.

2. L’échographie transrectale

Une fois le toucher rectale terminé, il est possible de procéder à une échographie transrectale. Celle-ci est toujours nécessaire si le médecin a l’impression de pouvoir palper une induration. Une sonde est alors introduite par l’anus et examine la prostate à l’aide d’ondes ultrasonores. Cet examen est généralement un peu plus désagréable et dure plus d’une minute. Si les soupçons ne sont pas totalement levés, un peu de tissu prostatique est prélevé à l’aide d’une fine aiguille.

3. Le test PSA

Le test PSA constitue une alternative à l’examen traditionnel de la prostate. Le sang du patient est prélevé et analysé pour déterminer le taux d’antigène spécifique de la prostate (PSA). Si la concentration de l’antigène est supérieure à la moyenne, il y a un risque de cancer de la prostate. Le seul inconvénient de cette méthode réside dans le fait qu’il n’est pas encore possible de définir une valeur limite exacte en raison du manque de données.

Pourquoi l’examen de la prostate est-il utile comme prévention.

Beaucoup d’hommes hésitent à se soumettre à un examen de la prostate, le plus souvent pour des raisons éponymes. Or, un examen de la prostate différé peut avoir des conséquences fatales. Le cancer de la prostate est le type de cancer le plus fréquent chez l’homme. Si il est détecté trop tard, la prostate, mais aussi la vessie et l’urètre doivent être entièrement retirés. Et la mise en place d‘une voie urinaire artificielle est alors nécessaire. L‘examen de la prostate est actuellement la seule méthode médicalement reconnue pour une prévention et un dépistage efficaces.

Cela s’explique principalement par le fait que cette méthode dispose de la plus grande précision à ce jour. Dans près de 80 % des cas, le résultat de l’examen est correct. Dans 20 % des cas seulement, le diagnostic est erroné et les hommes sains sont traités ou les hommes malades sont mis en garde.

Est-il possible de palper soi-même la prostate ?

Bien sûr, il est possible de palper soi-même la prostate, sans examen urologique. Toutefois, comme les risques d’erreur d’interprétation dans le cas d‘une blessure ou infection sont beaucoup plus élevés, nous vous conseillons de ne pas le faire vous-même. En outre, si vous constatez quelque chose d’inhabituel lors de votre auto-examen, votre urologue devra de toute façon procéder à un deuxième examen pour vérifier vos doutes. La visite chez l’urologue pour l‘examen de la prostate reste donc la solution la plus rapide, la plus sûre et la plus professionnelle !

La palpation de la prostate par l’urologue ne dure en moyenne que dix à trentes secondes

Maladies typiques de la prostate

La prostate est l’un des organes internes les plus sensibles et peut donc être affectée par de nombreuses maladies. Actuellement, dans le cadre de l‘examen de la prostate, il n‘est pas toujours facile de déterminer de quelle maladie il s‘agit. Cela s’explique principalement par le fait que de nombreuses maladies s’accompagnent généralement de symptômes similaires.

L’hypertrophie de la prostate est l’une des maladies les plus courantes. Il s’agit d’une excroissance tissulaire bénigne qui entraîne une hypertrophie de la prostate et peut donc causer des problèmes urinaires, sous la forme d‘envies fréquentes d‘uriner dues à la pression sur la vessie.

En outre, une inflammation de la prostate est également fréquente (Prostatite). Les déclencheurs de cette maladie sont aussi bien bactériens qu’antibactériens. Les deux formes se distinguent fortement par leurs symptômes et leur traitement.

Le cancer de la prostate et l‘hypertrophie de la prostate sont les maladies le plus souvent diagnostiquées.

Les maladies de la prostate deviennent de plus en plus fréquentes avec l’âge

Les maladies de la prostate sont très fréquentes en France. Le cancer de la prostate est le type de cancer le plus fréquemment diagnostiqué chez les hommes. Au total, 26 % des hommes atteints de cancer ont un cancer de la prostate. En outre, le cancer de la prostate entraîne une mortalité particulièrement élevée. La maladie est mortelle pour plus de 11 % des personnes atteintes. Le cancer de la prostate est donc le troisième cancer le plus meurtrier.

Actuellement, on estime que plus de 15% des hommes vivant en France souffrent d’une maladie de la prostate. Cela s’explique principalement par le fait que le risque de développer une maladie de la prostate augmente avec l’âge. Avant l’âge de 50 ans, ces maladies ne se manifestent généralement pas. Après 50 ans, le risque augmente toutefois sensiblement chaque année. Alors qu’environ 13 % des hommes âgés de 70 ans souffrent déjà d’une maladie de la prostate, plus de 90 % des hommes âgés de 90 ans en sont atteints.

À partir de 45 ans, il est recommandé de procéder à un examen annuel de la prostate afin de détecter précocement des pathologies telles que le cancer de la prostate.

Conclusion de l’examen de la prostate

Pourquoi beaucoup d‘ hommes hésitent-ils à se faire examiner par un urologue ? Cela s’explique peut-être par le fait que la partie génitale de l’homme est un sujet sensible. Alors que certains hommes plaisantent continuellement sur le sujet, d’autres évitent complètement de parler de l’examen de la prostate. En raison de nombreuses représentations dramatiques de l’examen, beaucoup d‘ hommes hésitent à consulter un urologue.

Dans certaines circonstances, ce peut toutefois avoir des conséquences fatales. Une maladie aiguë de la prostate peut favoriser l’apparition d’un cancer ou d’autres maladies et entraîner ainsi de graves lésions des organes internes. Dans la plupart des cas, le cancer non détecté est mortel. En outre, un cancer détecté trop tard peut avoir un impact considérable sur la vie de la personne concernée. C’est pourquoi l’examen de la prostate est très important et ne devrait jamais être retardé par les personnes concernées.

Les hommes qui sont très réticents à l’idée d’un examen de la prostate devraient essayer de surmonter leur réticence. La santé dépend en grande partie de l’action personnelle. Compte tenu de l’évolution démographique et du vieillissement de la population, la qualité de vie est un objectif primordial. Un examen de la prostate permet d’atteindre cet objectif.

Auteur: Fleur Rinkenburger

Fleur Rinkenburger recherche et rédige des textes sur la santé, les thèmes médicaux et les produits. Elle met à profit sa capacité à rendre compréhensibles des sujets complexes et à faire entendre les questions des personnes concernées et de leurs proches dans le guide INSENIO.